Irvillac
29224

Comité du Souvenir Français d'Irvillac

Présidente du comité : Michèle Saussey Majewski

adresse mèl : m.saussey-majewski@hotmail.fr 

--------------------------------------------------------------------------Retour

Mardi 24 mars 2020

100 combattants de 1940

Etienne Jean Le Cann (1898-1940)

Pierre Marie Primel (1910-1940)

Fils de Jean-Pierre Le Cann et de Marie Anne Quillec, Etienne Jean Le Cann est né le 16 septembre 1898 à Irvillac Finistère.

Il avait 2 frères Pierre Marie et Joseph. Pierre Marie, soldat au 72ème RI a été tué le 2 janvier 1915 à 20 ans au bois de la Grurie dans la Marne, Joseph a été blessé. Joseph et Etienne Jean ont survécu aux combats de la première guerre mondiale.

Etienne Jean était agriculteur. Il habitait à Craonguilly en Irvillac, avec Marie Catherine Billant, son épouse. Ils ont eu un fils Xavier.

Le travail ne manquait pas à la ferme, il fallait s'occuper des chevaux, des vaches, faire les moissons, les foins, aller vendre les bêtes du côté de Tréhou ou Sizun. Le soir, au coin du feu on réparait les barrières, on fabriquait des paniers en osier. On parlait du cours des vaches, des chevaux, on aimait jouer aux dominos. On parlait breton.

Etienne Jean a été rappelé en 1939 et soldat de première classe, il a été incorporé au 111e R.A.L.H., Régiment d'artillerie lourde Hippomobile 2éme groupe, 5ème batterie, son matricule au recrutement 3813 Brest.

Il est mort pour la France le 21 mai 1940 à l'hôpital civil rue Pasteur à Rambouillet des suites de blessures, il avait 41 ans, 8 mois et 5 jours, l'acte de décès a été dressé le 22 mai 1940. Etienne Jean a été inhumé dans la tombe familiale à Irvillac.

Quand son père a été tué, son fils Xavier avait 13 ans, il a quitté les études pour aller travailler, aider sa mère.

Xavier s'est marié avec Francine Primel fille de Pierre Marie Primel né le 13 septembre 1910 soldat au 441ème R.P. régiment de pionniers. Pierre Marie Primel est mort pour la France le 20 juillet 1940 à Seclin dans le Nord, il avait 29 ans 10 mois et 7 jours Quand il est mort, Francine avait 4 ans, sa sœur était née en 1939.

Une lettre du 3 octobre 1953 du service des sépultures militaires de Paris, précise qu'il a été exhumé du cimetière de Seclin pour être inhumé dans le cimetière militaire de Haubourdin Nord tombe n°463 - carré 2 - rangée 4.

Xavier et Francine ont eu 4 enfants qui n'ont pas connu leurs grands-pères morts, tous deux, pour la France en 1940 à 2 mois d'écart.

Etienne Jean Le Cann et Pierre Marie Primel ont leurs noms inscrits sur le monument Aux Morts d'Irvillac

Le dimanche 1er mars 2020 

En 2019, "Le Souvenir Français" a souhaité rendre hommage à « 100 combattants Morts pour la France en 1939 » à l'occasion du 80ème anniversaire de « la Drôle de guerre »

Le samedi 1er mars 2020 à 10H aura lieu, en présence de la famille, la Cérémonie officielle d'installation de la photo du second maitre Roc'hongar au Cénotaphe Mémorial national des marins Morts pour la France Pointe Saint-Mathieu - Plougonvelin 

Les recherches effectuées par le Comité Irvillac du Souvenir Français à l'état civil, au Service Historique de Brest (SHD) ont permis de sortir de l'oubli le second maitre Pierre François Marie Roc'hongar, natif d'Irvillac, mort pour la France lors de l'explosion du croiseur mouilleur de mines PLUTON le 13 septembre 1939. 

La première biographie du second maitre Roc'hongar a ensuite été complétée par l'Association Aux Marins qui l'a mise en ligne sur son site. 

Lire la page Aux Marins

11 novembre à Irvillac

Hommage au Médecin-Capitaine Eric Dorléans

 le dimanche 3 novembre 2019


André Ségalen ancien Sous-Officier de l'Armée de l'Air, Ancien Combattant au titre des OPEX, Président de l'Association des Anciens Combattants de Logonna et de Daoulas.

Avant de commencer notre cérémonie, Hommage au Brigadier Ronan Pointeau, 24 ans, du 1er Régt de Spahis, mort pour la France le samedi 2 novembre, au Mali. 

Présentation de la cérémonie par André Ségalen

Nous sommes réunis pour honorer le sacrifice des personnels Civils et Militaires MPLF en OPEX, mais en particuliers afin de rendre un hommage très émouvant au Médecin Capitaine Eric Dorléans, tué à Sarajevo en Bosnie-Herzégovine, ex-Yougoslavie, le 22 juillet 1995 lors du bombardement de son unité.

Il adorait venir passer ses vacances en famille à Logonna, il y repose pour l'éternité dans notre cimetière, son nom est gravé sur le Monument aux Morts depuis le 11 novembre 2011.

La cérémonie très simple donnera lieu à trois interventions :

  • Madame Michèle Saussey-Majewski interviendra pour Le Souvenir Français,

  • J'évoquerai Sarajevo et lirai le mot d'hommage de Franck Avril à son chef,

  • Puis Madame Françoise Malléjac vous dira quelques mots.

Le "Rosier de la Mémoire" sera ensuite déposé au pied du Monument aux Morts, il sera planté, entre la Statue du Poilu et la Stèle en hommage à tous les Anciens Combattants de tous conflits de Logonna-Daoulas, Stèle qui sera inaugurée le 11 novembre, une plaque informera sur ce rosier.

Le Service de Santé Des Armées déposera également une gerbe, merci à vous qui n'oubliez pas votre collègue, vous vous étiez déplacés pour les 20 ans de son décès, c'est cela le travail de mémoire.

Nous nous recueillerons en respectant une Minute de Silence, puis la Sonnerie aux Morts retentira.

La Cérémonie s'achèvera par "la Marseillaise" que nous reprendrons en cœur.

Les autorités remercieront alors les Porte-Drapeaux.

Intervention de Michèle Saussey-Majewski, Présidente du Souvenir Français comité Irvillac et ses environs :

Le 11 novembre 2019, le Président de la République inaugurera le Mémorial en hommage aux combattants morts pour la France dans les opérations extérieures.

Cet hommage était attendu par les familles, les anciens combattants, les militaires et par un grand nombre de citoyens.

Les combattants de l'armée française qui interviennent dans les opérations extérieures sont les défenseurs de notre liberté et de notre démocratie. Ils sont la France. Ils sont notre fierté.

Près de 200 000 combattants sont intervenus dans les opérations extérieures auxquelles a participé notre pays depuis 1969. 

549 sont morts pour la France

549 ont vu leur destin individuel uni avec celui de la Nation

549 nous rappellent l'ardente nécessité de défendre notre Nation et d'agir pour la Paix

Le Souvenir Français, a souhaité précéder la cérémonie présidée par le Président de la République en organisant partout en France des cérémonies d'hommage individuels, afin de rendre à chacun de ces combattants les Honneurs qui leurs sont dus.

Lors de ces cérémonies qui permettent à chacun, de prendre part à l'hommage de la nation à ses héros qui ont fait le sacrifice ultime, nous déposons le rosier de la Mémoire.

Ainsi nous bâtissons un chemin mémoriel dont l'aboutissement est le monument national.

Ici, au Monument Aux morts de Logonna Daoulas devant la plaque à sa mémoire, nous rendons hommage au Médecin-Capitaine Eric d'Orléans mort pour la France le 22 juillet 1995 à Sarajevo, il avait 33 ans. 

Son rosier sera planté sur le lieu de mémoire en face du monument Aux Morts accompagné de la plaque du Souvenir Français, à côté de la statue du soldat de 14-18.

Nous souhaitons que ce rosier impose l'idée d'une mémoire nécessaire pour que vive notre Nation. 

Le Médecin Capitaine Eric Dorléans dont le sens du devoir sans faille l'a conduit à faire le sacrifice ultime est, ici, le représentant de la France, de notre Nation.

Nous pensons à sa famille et à ses frères d'armes. Comme l'écrivait Jean d'Ormesson, Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants.

A nous le Souvenir, A lui l'immortalité

 

Evocation de Sarajevo

Intervention de André Ségalen, Président de l'Asso des Anciens Combattants de Logonna et de Daoulas 

Ancien Pompier de l'Armée de l'Air, j'ai participé à des OPEX à Sarajevo en ex-Yougoslavie et à Bangui en République Centre-Africaine sous mandat de l'ONU puis à Skopje en République de Macédoine du Nord, sous mandat de l'OTAN, avec pour principale mission le soutien et la reconstruction du Kosovo.

Portant le Béret Bleu de l'ONU, tout comme Eric Dorléans, au sein de la FORPRONU (Force de Protection des Nations Unies), notre mission consistait à tout mettre en œuvre pour le maintien de la Paix, et assurer la livraison de vivres à la population, en protégeant les convois de la Croix Rouge Internationale, Mission rapidement suspendue à cause des combats.

Pompier de l'Air, nous avons assuré la sécurité des installations de l'Aéroport de Sarajevo, ou ce qu'il en restait, et des avions qui convoyaient le carburant et le soutien logistique de la FORPRONU et l'aide à la population, car peu de convois routiers parvenaient en état à destination.

Nos véhicules de lutte contre l'incendie avaient la cabine blindée, ce qui nous permettait de réaliser comme un mur de protection aux autorités internationales venues négocier la Paix maintes fois remise en cause. C'est ainsi que le 23 décembre 1994, guidant mes véhicules, après un mois et demi de rupture du pont aérien, je côtoyais Jimmy Carter ancien Président des Etats-Unis, qui réussissait dans la matinée, à lever le blocus Serbe. La situation était toujours très tendue, malgré tout nous avons réussi à célébrer une messe de Noël dans l'aérogare dévastée, en compagnie de Mr. Léotard Ministre de la Défense et de l'évêque aux Armées, messe animée par un Lieutenant Hussard Parachutiste, qui jouait de la cornemuse et moi-même à la bombarde.

Heureusement que nous avions quelques moments comme celui-là pour oublier le vacarme des armes.

Plusieurs d'entre vous ont suivi les Jeux Olympiques d'hiver de Sarajevo en 1984, c'était une très jolie ville avec des installations à la hauteur de l'évènement.

Malheureusement 8 ans plus tard, tout était dévasté, les immeubles éventrés, rues défoncées, maisons incendiées. La triste "Sniper-Avenue" et le risque de se faire descendre à tout moment, des tireurs bien cachés, avec des armes précises et redoutées, et la plus triste image qui reste gravée en moi, ce sont les cimetières improvisés en plusieurs endroits de la ville, toutes ces croix et panneaux mortuaires surtout aux abords du Stade Olympique.

Ce n'est pas beau la Guerre, le bruit assourdissant des armes et des canons tout autour de l'Aéroport situé dans une cuvette, le mont Ygman d'où partaient de nombreux projectiles, ça résonnait très fort. Il n'y avait pas de peur en nous, mais quand même la crainte de recevoir un projectile à tout moment.

Tous les matins dès 5h00, avec le Génie de l'Air, nous ramassions les débris, et comptions les impacts de balles sur nos murs ou les sacs de sable, et que dire de la neige, 30 à 50 cms, qu'il fallait débarrasser, casser la glace sur le balisage, puis rouler 200 kms sur la piste et l'aire de roulement afin de casser les plaques gelées qui résistaient au dégivrage.

Mais le bonheur ou presque lorsque à 8h00, le 1er avion se posait, trempés malgré -15 à -23°, à manier la pioche et la pelle, mais la fierté d'avoir fait notre devoir.

Le métier de Pompier est noble tout comme celui de Médecin ou infirmier, Pompiers sur l'aéroport, nous collaborions avec le Service de Santé des différentes Unités et l'Hôpital Militaire installé en ville, afin d'assurer le meilleurs convoyage possible des blessés avant d'être rapatriés en Europe.

Mais comme sur tous les théâtres d'opérations, il y a malheureusement de la casse.

Ma 1ère sortie en ville, au bout de 3 mois sur l'aéroport, toujours équipé du casque bleu et du gilet pare-balle, et en véhicule blindé, fut pour répondre à une invitation à une soirée à l'hôpital militaire, moment très émouvant je m'en souviens encore de cet échange entre pompiers et service de santé, nous étions plusieurs brestois, ça faisait chaud au cœur.

J'ai quitté Sarajevo fin janvier 1995, après 4 mois et demi, sous les tirs Serbes et Bosniaques, la Paix était une illusion, la suite m'a donnée raison, toujours très fragile, j'ose espérer qu'ils parviennent à vivre ensembles...

Merci

Lecture du Mot d'hommage de Franck Avril, 

Hommage au Médecin Capitaine Éric Dorléans, Médecin-chef adjoint du Régiment d'Infanterie Chars de Marine et 3ème RIMa.

Mon Capitaine,

Je me souviens de ce jour d'octobre 1992 ou vous m'avez incorporé au régiment. Nous étions fiers d'être Marsouins.

Puis, vous êtes devenu mon chef. Quelle belle équipe, nous formions à l'infirmerie du RICM .On vous appelait "le Doc" et vous nous avez grandement aidé pour nous préparer à notre mission Rwandaise.

Au retour d'Afrique, nous avons appris notre mise en alerte pour SARAJEVO sous mandat ONUSIEN. Je me souviens de votre fierté d'être pour un temps Soldat de la Paix, portant le casque bleu.

Ma mémoire reste gravée de tous ces instants où vous nous avez fait partager votre bonne humeur, vos rires sans oublier votre rôle de chef dans notre apprentissage du métier de la Santé.

Au fil de ce mandat, pas un jour ne passait sans que vous ayez une pensée pour votre famille.

Je peux témoigner de votre attachement journalier à s'enrichir des nouvelles quotidiennes du pays. Comme tous soldats loin de ses proches, l'éloignement de votre épouse et de vos filles pesait certaines fois.

Mon souvenir le plus marquant de nos moments partagés, restera le jour où nous avons préparé de bonnes crêpes bretonnes pour l'escadron, faisant entorse à la nourriture plus classique puis nous avions fini cette journée par un de vos bons films.

Mon Capitaine, vous marquerez à jamais nos esprits comme un frère d'armes dont nous sommes fiers d'avoir croisé votre chemin servant dignement le drapeau.

Notre devoir vous honore.

Caporal-Chef Franck AVRIL,

Auxiliaire-Sanitaire du RICM

Mandat SARAJEVO 1995

Les autorités suivantes nous ont fait l'honneur d'assister à cet hommage :

Général Hubert Corbé ami personnel de Eric Dorléans, Pharmacien du Service de Santé des Armées,

Général Vergez-Larrouget, Médecin Chef des Services du Centre Médical des Armées de Brest,

Commissaire en Chef Kpedotossi du HIA,

Madame Françoise Malléjac Adjointe, représentant Gilles Calvez Maire de Logonna-Daoulas,

Madame Françoise Péron Vice-Présidente du Conseil Départemental du Finistère et Présidente du Parc Naturel Régional d'Armorique, qui présidait en compagnie du Général Kohne, la cérémonie d'inauguration de la plaque le 11 novembre 2011, elle était à l'époque Maire de Logonna,

Monsieur Phillipe Nouris Responsable Départemental Adjoint du Souvenir Français pour le Finistère Nord,

Elus des communes de Logonna et des environs, notamment Fabrice Ferré 1er Adjoint de Logonna, Jean- Noël Le Gall, Maire de Irvillac,

De l'HIA de Brest, les Médecins en Chef Aupy et Marchandot,

Et personnel du Centre Médical des Armées de Brest,

Madame et Monsieur Kermarec, parents de Isabelle veuve de Eric Dorléans, qui s'excuse mais ne pouvait assister à l'hommage, trop marquée par le deuil, Laurence sa sœur est présente accompagnée de son époux Le Colonel Thierry Chapot, Pharmacien des Armées.

Les représentants des Associations Patriotiques de Logonna-Daoulas, de Daoulas, de Irvillac, et leurs Drapeaux, Jean Claude Cariou Vice-Pdt de l'ANACR du Finistère,

Franck Avril, sous les ordres du Médecin-Capitaine Eric Dorléans à Sarajevo représente ses collègues du service qui ne pouvaient être des nôtres, ils nous accompagnent par la pensée