O.P.E.X
En construction 

Les opérations militaires extérieures de la France (OPEX)

Que sont les OPEX ?

D'après la définition traditionnelle donnée par le ministère des armées, les opérations extérieures sont les "interventions des forces militaires françaises en dehors du territoire national".

La qualification d'OPEX résulte d'un arrêté du ministre des armées, qui porte ouverture du théâtre d'engagement en précisant la zone géographique et la période concernées. Les OPEX se distinguent des forces prépositionnées dans des bases en Afrique en vertu d'accords de défense ou en mer.

En amont du déploiement des forces, le Centre de planification et de conduite des opérations fait diverses propositions de noms d'opérations(nouvelle fenêtre), parmi lesquelles la présidence de la République choisit la dénomination retenue in fine. Les opérations récentes ont pour nom Harmattan (Libye, 2011), Serval (Mali, 2013), Sangaris (République centrafricaine, 2013), Barkhane (Sahel, 2014) ou Chammal (Irak, Syrie, 2014).



Les opérations les plus récentes


Opération Harmattan en Libye 2011

Le jeudi 17 mars au soir, le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) a adopté la résolution 1973 relative à la situation en Libye, à l'initiative de la France et du Royaume-Uni, dans la suite de la résolution 1970 du 26 février 2011.

Dossier de presse du Ministère des Armées 2020

Opération Serval  au Mali en 2013

Le 11 janvier 2013, les autorités maliennes demandent à la France son appui pour arrêter l'avancée de groupes terroristes en direction de Bamako et les repousser vers le Nord. La France lance en quelques heures une opération militaire en appui des forces armées maliennes.

Dossier de presse du Ministère des Armées 2020


Opération Sangaris - République centrafricaine 2013

Le 5 décembre 2013, le Président de la République a annoncé sa décision de renforcer le dispositif militaire français en Centrafrique afin d'éviter une catastrophe humanitaire dans le pays.

Dossier de presse du Ministère des Armées 2020



Opération Barkhane au Mali en 2014

à la suite de la mission Serval 2013

 Immersion dans la région des 3 frontières

avec les légionnaires de l'opération Barkhane 

L'opération Serval s'est achevée le 31 juillet 2014. Déclenchée le 11 janvier 2013 à la demande du gouvernement malien, cette intervention militaire a permis de stopper l'offensive djihadiste qui menaçait Bamako, de mettre fin à l'organisation industrielle du terrorisme qui s'était développée dans le désert du nord Mali et de transférer la mission de stabilisation du Mali aux partenaires maliens ainsi qu'aux forces de l'ONU (MINUSMA). Le caractère transfrontalier de la menace terroriste, notamment lié à la nature désertique de la zone sahélienne, requiert d'agir dans une zone vaste comme l'Europe par une approche régionale pour traiter les ramifications de l'organisation terroriste et contrer des mouvements transfrontaliers dans la bande sahélo-saharienne.

Cette approche doit permettre :
- d'appuyer les forces armées des pays partenaires de la BSS ;
- de renforcer la coordination des moyens militaires internationaux ;
- d'empêcher la reconstitution de zones refuges terroristes dans la région.
C'est dans cet esprit que l'opération Barkhane a été lancée le 1er août 2014.

La stratégie sahélienne de la France vise à ce que les États partenaires acquièrent la capacité, d'assurer leur sécurité de façon autonome. Elle repose sur une approche globale (politique, sécuritaire et de développement) dont le volet militaire est porté par l'opération Barkhane, conduite par les armées françaises.

Découvrez le reportage de l'Etat-major des Armées sur l'opération Barkhane


Opération  Chammal - Irak, Syrie, 2014

Lancée le 19 septembre 2014, l'opération Chammal est le nom donné au volet français de l'opération interalliée Inherent Resolve (OIR) rassemblant plus de 70 Nations. A la demande du gouvernement irakien et en coordination avec les alliés de la France présents dans la région, elle vise à apporter un soutien militaire aux forces locales engagées dans le combat contre Daech sur leur territoire.

Dossier de presse du Ministère des Armées 2020


Opération Damman, Beyrouth  5 août 2020

Le mercredi 5 août 2020, un détachement de la Force Commander Réserve (FCR) s'est rendu à Beyrouth, sur le lieu de l'explosion qui a touché la capitale et dont le bilan humain, encore provisoire, est de 137 morts et plus de 5000 blessés.

 Dossier de presse du Ministère des Armées 2020


In Memoriam

Le 11 novembre 2019, dans le parc André-Citroën (Paris 15ème arr.), a eu lieu l'inauguration par le Président de la République du monument aux morts pour la France en opérations extérieures. Tous les militaires ayant reçu la mention « Mort pour la France », depuis 1963, dans une opération qualifiée d'OPEX par arrêté ministériel, sont inscrits sur le mur du monument. Une OPEX est une intervention des forces militaires françaises en dehors du territoire national.

Dossier de presse du Ministère des Armées 2020


O.P.E.X. Lettre à mon Fils 


5 septembre 2020

Décès de deux militaires de l'opération #Barkhane

Ministère des Armées


Décès de deux militaires de l'opération #Barkhane

La ministre des Armées a appris avec une profonde tristesse la mort au combat du hussard parachutiste de première classe Arnaud VOLPE et du brigadier-chef de première classe S.T.* du 1er régiment de hussards parachutistes, au Mali.

Engagés au sein de l'opération Barkhane, ils ont trouvé la mort le 5 septembre dans la région de Tessalit, au nord du Mali. Leur véhicule a sauté au contact d'un engin explosif improvisé.

La ministre des Armées rend hommage à ces deux hussards parachutistes morts pour la France. Ils étaient arrivés sur le théâtre malien au début de l'été, où le 1er régiment de hussards parachutistes est en première ligne. Elle s'incline devant leur serment de servir jusqu'au bout avec honneur, qui incarne l'esprit des hussards de Bercheny. La France est reconnaissante envers ceux qui l'ont choisie, envers ceux qui donnent leur vie pour elle.

La ministre des Armées adresse toutes ses condoléances à leurs familles, à leurs proches, ainsi qu'à leurs frères d'armes pour qui elle a une pensée particulière. Le hussard parachutiste de première classe Arnaud VOLPE et le brigadier-chef de première classe S.T. rejoignent dans le sacrifice ultime leur frère d'armes Tojohasina RAZAFINTSALAMA décédé le 23 juillet. La ministre adresse également tout son soutien au hussard blessé à leurs côtés.

Le hussard parachutiste de première classe Arnaud VOLPE et le brigadier-chef de première classe S.T. sont morts en luttant contre le terrorisme dans une région où plusieurs groupes mènent des actions violentes contre les populations civiles. Ils sont allés au bout de leur engagement, au nom de convictions et de valeurs qui sont au fondement de notre pays. Au Sahel, la France est et reste engagée aux côtés du Mali, du Burkina Faso, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad dans ce combat sans relâche contre les groupes armés terroristes.

La ministre des Armées tient enfin à saluer l'engagement des plus de 6 500 militaires français actuellement engagés en opération extérieures. Chaque jour, avec courage et professionnalisme, ils défendent la France, combattent pour la liberté et œuvrent inlassablement à la protection des Français.

*A la demande de la famille, son nom n'est pas publié.


Voir aussi